A l’heure où le gouvernement français demande aux entreprises de trouver des solutions pour améliorer l’accès au lieu de travail et de diminuer les frais liés à ces déplacements des salariés, le télétravail est au centre des discussions. Tout comme le covoiturage, cette autre manière de travailler peut être une des solutions proposées dans le Plan de Mobilité des Entreprises, obligatoire à partir du 1er janvier 2018 dans les établissements de plus de 100 salariés. Focus.

Qu’est-ce que le télétravail ?

Le télétravail permet à un salarié de travailler de chez lui ou dans un autre endroit à l’extérieur de l’entreprise, comme dans un espace de coworking. Bien entendu le salarié s’engage à travailler durant les horaires établis par son contrat de travail. Aujourd’hui, pour un certain nombre de métiers du secteur tertiaire, il suffit d’avoir un ordinateur et une connexion internet pour travailler. Pourtant seuls 16,7 % des Français ont télétravaillé plus d’une journée par semaine en 2016.

Pourquoi télétravailler ?

En tant que salarié dans une entreprise, il vous est certainement déjà venu à l’esprit cette question : a-t-on besoin d’être toujours présent sur son lieu de travail ? Clairement non, il n’est pas nécessaire d’être présent sur son lieu de travail tous les jours de la semaine. Et les raisons de privilégier le télétravail sont nombreuses.

Cette manière de travailler apporte un certain confort un certain confort à ses adeptes. Il peut être vu comme une amélioration du bien-être d’un salarié. Celui qui habite loin de son travail dort plus et est donc plus efficace. Les employés parents peuvent continuer à travailler tout en gardant leur enfant malade. Cela permet aussi de réduire les frais de déplacements et les émission de gaz à effet de serre en utilisant moins sa voiture. Un autre atout au télétravail : c’est un signe de confiance de l’employeur envers ses salariés. Et qui dit salarié heureux dans son travail, dit salarié efficace.

Comment mettre en place le télétravail au sein d’une entreprise ?

Comme précisé plus haut dans l’article, il suffit souvent d’avoir une connexion internet et un ordinateur, voire d’un téléphone pour certains métiers. Avec l’ordonnance relative à la prévisibilité et la sécurisation des relations de travail signée le 22 septembre 2017 par Emmanuel Macron, il est maintenant plus facile pour les salariés de télétravailler : l’employeur doit justifier le refus de sa mise en place et les accidents sur le lieu de télétravail sont reconnus comme accidents de travail. De plus, une charte n’est plus obligatoire dans le cas de télétravail occasionnel s’il y a un accord entre les parties.  Par contre, l’Accord national interprofessionnel du 19 juillet 2005 relatif au télétravail fixe toujours que le télétravail doit être fait sur la base du volontariat et qu’il ne peut pas être imposé au salarié.

Le télétravail peut être mis en place quand le salarié en a besoin ou de manière plus régulière : une à deux fois par semaine. Il reste néanmoins important que les salariés et l’employeur soient joignables l’un pour l’autre. Des logiciels comme Slack ou Azendoo, que nous utilisons, facilitent les échanges au sein des entreprises. Trello ou encore Redmine permettent à tous les employés d’une même entreprise de suivre à distance les étapes d’un projet en cours. C’est à chaque entreprise de trouver les outils qui vous conviennent le mieux pour télétravailler !

Allier productivité, bien-être de chacun et faire un geste pour la planète est possible grâce au télétravail. Que cela s’effectue de manière ponctuelle ou de manière régulière, quand est-ce que vous vous lancez ? L’essayer c’est l’adopter ! Et puis, qui n’a jamais rêvé de travailler en pyjama…